IndexFermer
Résumé Colloque Workshops Inscription Exposition Caractères English
 

Le changement le plus important en typographie s’est produit au XVe siècle. […] Selon moi, il est incroyable que, au cours du même siècle et en si peu de temps, une évolution se soit produite du strict gothique au romain moderne. Cela est toujours resté un mystère pour moi. Adrian Frutiger, dans Ein Leben, film de Sebastian Rohner, 2011.

Le colloque sur deux jours et l’exposition Gotico-Antiqua, Proto-Romain, Hybride. Caractères du XVe siècle entre gothique et romain sont fondés sur un programme de recherche en cours à l’Atelier national de recherche typographique (ANRT) qui examine la période historique de 1459-1482. Le colloque a pour objectif de réunir des chercheurs dans le domaine de la typographie, de la paléographie et de l’histoire du livre, en mettant l’accent sur les caractères et les formes de lettres. Cette période relativement peu étudiée – après Gutenberg et avant la stabilisation du modèle de Jenson – s’étend des premières traces de tendances humanistiques aux romains ‹purs›, en passant par de nombreux cas de dessins incertains, hybridations volontaires et formes proto ou archaïques du romain. En 1459 à Mayence, Johann Fust et Peter Schöffer ont imprimé le Rationale Divinorum Officiorum de Guillaume Durand, utilisant un caractère typographique (connu aujourd’hui en tant que ‹Durandus›) qui ne ressemblait à aucun autre caractère antérieur. De là, nous pouvons suivre une grande variété de développements, en partie relative aux voyages des premiers imprimeurs de la région du Rhin vers l’Italie et la France. Par extension, nous nous intéressons également au mouvement des presses privées initié par William Morris et Emery Walker à la fin du XIXe siècle en Angleterre. Ce mouvement a redonné vie à certains de ces caractères avant qu’ils ne retombent dans l’oubli.

 
 
 

Colloque

 

25 avril 2019

10h00

Olivier Deloignon

Art divin, machines infernales. Quelques réflexions sur les techniques prototypographiques européennes (1455–1475)

F

L’archéologie de l’imprimé est une discipline qui réserve parfois quelques surprises, à condition d’en repérer et d’en déchiffrer les traces, et pose souvent plus de questions qu’elle apporte de réponses… Nous vous proposons de faire le point sur les connaissances actuelles quant aux techniques en usage chez les prototypographes européens, autrement dit d’envisager comment la forme suit parfois, mais pas toujours, la fonction.

10h45

Marc Smith

Classer les écritures du XVe siècle, du manuscrit à l’imprimé

F

La diversité des formes de l’alphabet à la fin du Moyen Âge pose un défi aux paléographes et aux historiens de la typographie, qui se sont efforcés d’en rationaliser la typologie. L’évolution des écritures manuscrites et des caractères d’imprimerie répond à des facteurs différents, surtout d’un point de vue technique, mais l’interaction formelle et fonctionnelle entre les deux domaines perdura bien après Gutenberg, et une approche croisée peut contribuer à préciser notre perception des interférences entre romain et gothique.

11h30

Riccardo Olocco

Venise au début des années 1470: les commencements du romain et quelques alternatives étranges

E

Mon intervention sera basée sur mes recherches en cours concernant les caractères romains vénitiens du XVe siècle. Je parlerais d’abord des mé­thodes adoptées, basées sur l’agrandissement photographique et l’analyse détaillée du type imprimé. Puis j’évoquerai le romain de Nicolas Jenson (1470), qui peut à raison être considéré comme le prototype de tous les romains. Je me concentrerai sur la grande qualité de ce caractère – tant pour le choix des formes que pour leur exécution – qu’il est aisé de remarquer en comparaison des autres types romains gravés au même moment à Venise. Une introduction sur ces types curieux et méconnus gravés entre 1470 et 1473 est le thème central de mon intervention. Ces caractères sont inspirés de modèles calligraphiques différents de ceux du romain de Jenson, des formes qui disparaîtront très vite, éclipsées par le succès de ce dernier. Au point qu’il serait difficile aujourd’hui de les considérés comme contemporains, au contraire des formes de Jenson.

Pause

 

14h30

Martina Meier

Armando – Une interprétation contemporaine du caractère de Subiaco de Sweynheym & Pannartz

E

Les deux clercs Konrad Sweynheym et Arnold Pannartz impriment le premier livre au sud des Alpes en 1465 à Subiaco, près de Rome. Le caractère qu’ils utilisent est de type humanistique avec une touche gothique. Armando est un revival moderne de ce style singulier, et basé sur les sources imprimées historiques. L’objectif n’est pas de reproduire le caractère précisément mais de développer une interprétation contemporaine référencée à ce moment unique de l’histoire de la typographie.

15h00

Oliver Duntze

L’approche incunabiliste de la typographie et le ‹Typenrepertorium der Wiegendrucke›

E

L’intervention commencera par un aperçu du développement et des objectifs de la méthode ‹Proctor-Haebler› et discussion critique des hypothèses sous-jacentes qu’elle suppose, à propos des techniques de gravure, de fonte et d’impression du XVe siècle. S’en suivra une présentation de la version en ligne du ‹Typenrepertorium› (TW), ses caractéristiques et les améliorations projetées. Pour finir, nous discuterons des conditions d’utilisation du TW, non seulement comme outil pour la bibliographie incunabiliste mais aussi comme ressource pour l’étude du développement du dessin de lettre au XVe siècle.

15h45

Nikolaus Weichselbaumer

Reconnaissance automatique de caractères ‹entre-deux›

E

L’intervention présente une nouvelle approche de reconnaissance de type à partir d’imprimés numérisés, par l’utilisation d’un réseau neural dérivé du ‹Typenrepertorium der Wiegendrucke› et d’une indexation manuelle. Une attention particulière est portée aux différents taux de reconnaissance selon les familles typographiques, et le problème inhérent des ‹entre-deux›, par exemple pour les Bastarda ou les Gotico-Antiqua.

16h30

Alexis Faudot & Rafael Ribas

L’histoire par le dessin: potentiels et objectifs de la réhabilitation typographique de caractères anciens

F

Nous présenterons le programme de réhabilitation de caractères du XVe siècle développé durant notre cursus à l’ANRT (2017–2019). Nous reviendrons sur l’appréhension des sources – uniquement imprimées, le matériel typographique de l’époque ayant intégralement disparu – de la méthode de prélèvement, au choix (et défi), de fidélité maximale du nouveau dessin à la forme originale. Concentré en priorité sur la période 1460-1480, avant la stabilisation du romain, le projet a pour ambition d’éclairer les diverses tendances, méconnues et souvent éludées, qui émergent alors entre gothique et romain et entre manuscrit et typographie. Les quinze caractères réha­bilités seront par ailleurs disponible en Open Source dès la fin de l’intervention.

18h00

Vernissage exposition

 
 
 

26 avril 2019

10h00

Jérôme Knebusch

Entre gothique et romain. Index d’une recherche inachevée

F

L’intervention présentera des protagonistes, lieux, événements et anecdotes rencontrés durant les dernières années en cherchant des ‹caractères sans familles› au XVe siècle. Certains d’entre eux ont menés à des choix curatoriaux pour l’exposition, d’autres ont motivés le souhait de ce colloque et le programme de recherche mené à l’ANRT. La conférence présentera également un caractère typographique personnel, développé en parallèle et utilisé pour l’événement.

10h45

Adrien Benoit

Les caractères Troy et Chaucer de William Morris. Notes sur les raisons d’un renouveau

F

En 1891, pour les besoins de sa propre presse privée, William Morris créé le caractère Troy. Inspiré des caractères de Peter Schöffer, Günther Zainer et Anton Koberger, le Troy inaugure le bref renouveau des caractères Gotico-Antiqua à la fin du XIXe siècle en Angleterre. Pourquoi Morris remit-il au jour ces formes anciennes et oubliées? Dans quelle mesure ce choix résonnait-il avec ses conceptions esthétiques, morales et politiques? En somme, que voyait Morris dans les formes hybrides de ces lettres? En écho ou par contraste, nous interrogerons également les motivations, aujourd’hui, d’un semblable renouveau.

11h30

Dan Reynolds

Le caractère hybride le plus représentatif de l’industrie typographique allemande du XIXe siècle

E

La plupart des hybrides romain/gothique dit Midolline n’ont aucun rapport avec le travail calligraphique du français Jean Midolle, né en 1794 et que je considère comme le comme le premier type designer d’Europe germanophone (quoique de façon accidentelle). Néanmoins une multitude de fonderies occidentales – de Saint Louis à Saint-Pétersbourg – ont vendu une douzaine de productions contenant des tentatives de connexions à son travail.

Pause

 

14h30

Christopher Burke

Les caractères hybrides allemands du début du XXe siècle

E

Aux alentours de 1900, quelques caractères sont conçus par mélange d’attributs gothiques et romains d’une manière comparable aux types du XVe siècle. Ces tentatives de ‹modernisation› des traditions gothiques ont lieu en Allemagne où celles-ci étaient restées plus fortes qu’ailleurs.

15h15

James Mosley

Les images d’Emery Walker pour les types de William Morris

E

William Morris a conçu des caractères pour sa Kelmscott Press, avec pour modèle des types du XVe siècle. Son voisin et ami Emery Walker était expert dans les procédés de reproduction photographique. Les dessins de Morris sont basés sur des agrandissements photographiques faits par Walker à partir d’incunables. Cette intervention montrera les dessins préparatoires de Morris pour ses types, et des détails photographiques de type de Walker.

16h00

Ferdinand Ulrich

Fanfare. La linéale gothique expressive de Berlin

E

En 1927, la fonderie Berthold publie Fanfare, le deuxième caractère du graphiste juif berlinois Louis Oppenheim. Accueilli par les battements de timbale et les flutes traversières plutôt que par les roulements de tambour et les trompettes, il surgit avec force et délicatesse. L’intervention portera sur cette linéale hybride expressioniste, l’analyse de son système de chasse et de corps optiques, et les autres travaux d’Oppenheim avant, pendant, et après la première guerre mondiale.

 
 
 

Le comité scientifique responsable de la sélection des conférences était composé de Lotte Hellinga, Riccardo Olocco, Marc Smith, Thomas Huot-Marchand et Jérôme Knebusch.

 
 
 

Workshops

 

25 avril 2019

13h00 – 14h30

Vincent Lacombe

Calligraphie Textura

Ce workshop permettra aux participants de découvrir le style gothique Textura à travers une approche calligraphique. Apparu au XIIIe siècle, il est le fruit d’une longue évolution des écritures gothiques. C’est ce style que Gutenberg utilisera pour imprimer la Bible à 42 lignes. Après une brève introduction historique, le ductus calligraphique de la Textura sera abordé, dans le cadre d’exercices et/ou d’applications personnalisées. Aucune connaissance antérieure n’est requise. Du matériel calligraphique sera prêté aux participants, ils peuvent également apporter leurs propres outils (largeur minimum 3mm).
 

Apprenez à découvrir, identifier, écrire et maîtriser le style Textura.
 

ANRT, 15 participants max.

26 avril 2019

13h00 – 14h30

Alexis Faudot & Rafael Ribas

V1.? dessiner son propre Gotico-Antiqua, Proto-Romain ou Hybride

Cet atelier a pour objectif de voir comment être précis par rapport à une source typographique du XVe siècle, comprendre les limites de cette précision, et de pouvoir prendre le chemin de l’interprétation avec une compréhension maximale des formes originales. Chaque participant sera invité à dessiner sa propre version, fidèle ou non, d’une source commune choisie dans le corpus de réhabilitations produites par Alexis Faudot et Rafael Ribas au cours de leur cursus à l’ANRT. Cet atelier s’adresse principalement aux graphistes et type designers, mais aucune connaissance antérieure n’est requise. Venez avec votre ordinateur et un logiciel de type design de votre choix.
 

Apprenez à trouver votre dossier Open-Source du caractère, avoir un aperçu de la méthode d’analyse d’un glyph-source, dessiner en vecteur à partir de sources prélevées dans des incunables, éditer et transformer un caractère existant, créer plusieurs masters, interpoler, exporter et tester le caractère dans les logiciels de design.
 

ANRT, 15 participants max. Complet

17h00 – 19h00

Lisa Schultz

Fontes variables Gothique-Romain et autres pouvoirs de Glyphs

Avec cet atelier, vous en apprendrez sur les animations de fontes variables. Vous serez guidé à travers un espace de travail de fonte variable à partir de zéro, ce qui impliquera d’adresser les technologies de masters multiples et de l’interpolation. Puis nous exporterons et nous testerons vos créations dans un navigateur web. Cet atelier s’adresse aux type designers, graphic designers, UX- et webdesigners. La connaissance des courbes de Bézier aidera, mais aucune notion en type design n’est requise. Amener votre MacBook avec la dernière version de Glyphs 2 et des navigateurs préinstallés. Les participants recevront une licence d’essai et pourront bénéficier de remise à l’achat de licences complètes.
 

Apprenez à créer une fonte variable à partir de rien, convertir une organisation à master multiple en fonte variable. Exporter et tester dans des logiciels et navigateurs web actuels. Repérer et réparer les erreurs, en évitant de possibles pièges.
 

ANRT, 12 participants max.

17h00 – 18h30

Ferdinand Ulrich

Fanfare letterpress

Cet atelier permettra aux participants d’imprimer des spécimens typographiques à partir d’originaux de Fanfare, fait en bois, en métal et en Plakadur (une résine de plastique fabriquée par Berthold). Ensemble nous explorerons les systèmes typographiques, et vous apprendrez à composer et préparer une forme imprimable, et en connaîtrez davantage sur les bases du procédé d’impression. À la fin de l’atelier vous aurez expérimenté la composition, l’interlignage, l’interlettrage (pas de crénage!), et l’impression. Tous les caractères sont mis à disposition par p98a, un atelier d’impression typographique post-digital de Berlin. La conférence de l’intervenant ‹Fanfare. La linéale gothique expressive de Berlin›, vous dira tout ce que vous devez savoir sur le caractère. Une expérience en impression typographique est très bienvenue, mais pas nécessaire. Des tabliers devraient être fournis par l’école, mais ne vous habillez quand-même pas en blanc, et sûrement pas en habit du dimanche; vous allez vous salir les mains.
 

Apprenez à composer, préparer une forme imprimable, imprimer sur une presse à épreuve.
 

 atelier typographie de l’ENSAD, 6 participants max. Complet

 
 
 

Tarifs

Étudiant·e·s: entrée libre
Professionnels: 50 euros/1 journée, 70 euros/2 jours
Les workshops sont gratuits.
 

Inscription

Une inscription en ligne est nécessaire:
anrt-nancy.fr/fr/candidature/gotico-antiqua-registration

 
 
 

Exposition

L’exposition éponyme organisée par Jérôme Knebusch a lieu à côté du colloque. Elle présente le contexte historique de 1459–1482 avec des incunables originaux, des revivals du mouvement des presses privés 1891–1929 ainsi que des agrandis­sements uniques de lettres ainsi que des alphabets complets, spé­cialement redessinés pour cet événement. L’exposition marque également la fin du programme de recherche dirigé depuis 2016 par Jérôme Knebusch à l’ANRT. Elle ouvre ses portes le 25 avril 2019 à 18h, directement après le premier jour de conférence. L’exposition est visible jusqu’au 17 mai 2019, du lundi au vendredi de 14h à 19h. Fermeture exceptionnelle le 1er et le 8 mai. Entrée gratuite

Artistes Johann Fust & Peter Schöffer, Johann Mentelin, Johannes Gutenberg, Konrad Sweynheim & Arnold Pannartz, Ulrich Han & Sixtus Riessinger, Johannes & Vindelinus de Spira, Nicolas Jenson, Johann Zainer, Johann Parix, Adolf Rusch, Louis Simonel & Co, Ulrich Gering, Martin Crantz & Michael Friburger, Adam Rot, William Morris, Emery Walker, Edward Prince, St John Hornby, Sidney Cockerel, Harry Kessler, Edward Johnston, Rudolf Koch.

Prêteurs Bibliothèque et archives de Besançon, Bibliothèque municipale de Bourges, Universitäts­bibliothek Leipzig, Ville de Metz Bibliothèques-Média­thè­ques, Klingspor Museum Offenbach am Main, Bibliothèque d’étude et du patrimoine Toulouse.

Rationale Divinorum Officiorum, Durandus, Fust & Schöffer, 1459
 
The History of Reynard the Foxe, Caxton, Kelmscott Press, 1893 [1481]
 
 
 
 

Caractères

Parallèlement aux recherches historiques, Rafael Ribas et Alexis Faudot, chercheurs actuels à l’ANRT, ont produit quinze fontes et un ensemble de lettres initiales. Fondés sur une série d’ateliers menés entre 2015 et 2018 dans des écoles d’art et de design en France et en Allemagne, réunissant plus de 150 étudiants, les polices de caractères numériques sont le résultat d’une analyse approfondie et d’une refonte des originaux. Les polices de caractères sont publiées sous licence Open Source. Disponibles en téléchargement sur ce site Web, les polices sont utilisables à des fins commerciales et la modification des fichiers est autorisée sous la même licence.

Fust & Schöffer ‹Durandus› 118G, Gotico-Antiqua utilisé pour la première fois à Mayence par Peter Schöffer & Johann Fust pour Rationale Divinorum Officorum de Guillaume Durand en 1459. Le livre est composé en deux corps, le plus petit 92G pour le texte principal et le plus grand et plus contrasté utilisé uniquement pour le colophon et plus tard pour la célèbre Bible à 48 lignes, en 1462. Caractère utilisé jusqu’à la fin du siècle. Atelier de création de caractères à la Hochschule Mainz et à la Gutenberg-Bibliothek, Mayence, juin 2016.

Sweynheim & Pannartz ‹Subiaco› 120R, proto-romain utilisé pour la première fois à Subiaco par Konrad Sweynheim & Arnold Pannartz, pour une édition de Donatus en 1465 (non conservée) et utilisé jusqu’en 1467 pour un total de quatre éditions. Atelier de création de caractères avec les étudiants de l’ANRT à la Biblioteca Statale del Monumento Nazionale di Santa Scolastica, Subiaco, mai 2018.

Sweynheim & Pannartz 115R, proto-romain utilisé pour la première fois à Rome par Konrad Sweynheim & Arnold Pannartz, pour Epistolae ad familiares de Cicero en 1467 et utilisé jusqu’en 1476. Atelier de création de caractères avec les étudiants de l’ANRT à la Biblioteca Statale del Monumento Nazionale di Santa Scolastica, Subiaco, mai 2018.

Spira 110R, proto-romain utilisé pour la première fois à Venise par Johannes et Vindelinus de Spira pour Epistolae ad familiares de Cicero en 1469 et utilisé jusqu’en 1473 par Vindelinus. Atelier de création de caractères à l’ENSBA Lyon et à la Bibliothèque municipale de Lyon, mars 2017.

Rot 102R, proto-romain utilisé pour la première fois à Rome par Adam Rot pour Lecturae super secunda parte sexti Decretalium de Dominicus de Sancto Geminiano en 1471 et utilisé jusqu’en 1474. Atelier de création de caractères à la HBK Saar et à la Bibliothèque municipale de Metz, Sarrebrücken, décembre 2016.

Rusch ‹R-Bizarre› 103R, proto-romain utilisé pour la première fois à Strasbourg par Adolf Rusch pour De universo de Raban Maur entre 1467 et 1474 (date exacte inconnue) et utilisé jusqu’en 1475. Atelier de création de caractères à l’ESAL Metz et à la Bibliothèque municipale de Metz, avril 2018.

Rusch 100G, Gotico-Antiqua utilisé pour la première fois à Strasbourg par Adolf Rusch pour le Catholicon de Balbus, entre 1470 et 1475 (date exacte inconnue) et utilisé jusqu’en 1478. Atelier de typographie à l’ESAL Metz et à la Bibliothèque municipale de Metz, avril 2018.

Soufflet Vert 106R, caractère hybride utilisé pour la première fois à Paris par l’atelier Au Soufflet Vert pour Manipulus curatorum de Guido de Monte Rochen, 1476 et utilisé jusqu’en 1480. Atelier de création de caractères à l’ISBA Besançon et à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, mai 2018.

Parix 111R, caractère hybride utilisé pour la première fois à Toulouse par Johann Parix pour Speculum vitae humanae de Rodericus Zamorensis, vers 1475 (date exacte inconnue) et utilisé jusqu’en 1481. Atelier de création de caractères à l’isdaT Toulouse et à la Bibliothèque municipale de Toulouse, février 2018.

Zainer 96G, Gotico-Antiqua utilisé pour la première fois à Ulm par Johann Zainer pour Legenda aurea de Jacques de Voragine. Gravé avant 1477 (date exacte inconnue) et utilisé jusqu’en 1485. Atelier de création de caractères à la Hochschule Aachen et à la Stadtbibliothek Aachen, octobre 2017.

Zainer Initials, initiales gothiques richement décorées de 45 mm de hauteur, utilisées pour la première fois à Ulm par Johann Zainer pour les Interprétations spirituelles de la vie de Jésus-Christ vers 1478. Utilisées jusqu’en 1480. Atelier de création de caractères à la Hochschule Aachen et à la Stadtbibliothek Aachen, octobre 2017.

Ptolemy, caractère conçu à Chelsea par St John Hornby, Sidney Cockerell et Emery Walker, gravé en 18 points par Edward Prince pour Don Quichotte de Cervantes, publié par Ashendene Press en 1927. Utilisé jusqu’en 1935, il s’agit d’une reprise d’un caractère de Lienhart Holl gravé pour le Cosmographia de Ptolemaeus, imprimé en 1482 à Ulm. Atelier de création de caractères à la HEAR Mulhouse, mars 2015.

Jessen, caractère hybride composé de minuscules gothiques et de capitales romaines, dessiné et gravé sans dessin préliminaire à Offenbach-sur-le-Main par Rudolf Koch pour les quatre Évangiles. Imprimé sur les presses de Klingspor en 1926 et publié par Koch lui-même, ce caractère fut dans un premier temps dénommé Bibel-Gotisch, puis a été publié sous le nom de Jessen en plusieurs tailles par la fonderie Klingspor en 1930. Atelier de création de caractères à l’ESAD •Valence, avril 2016.

Hamlet (également appelé Kessler-Blackletter), caractère conçu par Edward Johnston et gravé en trois tailles (10, 12 et 18 points) par Edward Prince pour Hamlet de William Shakespeare. Publié par Cranach Press d’Harry Kessler à Weimar en 1929. Le caractère est basé sur le Durandus pour les minuscules et sur le Subiaco de Sweynheim & Pannartz pour les capitales. Il sera utilisé pour des essais d’autres livres, sans qu’aucun d’entre eux ne soit achevé. Atelier de création de caractères à la Bauhaus Universität Weimar et à la Anna Amalia Bibliothek Weimar, janvier 2018.

 
 
 

Atelier national de recherche typographique
École nationale supérieure d’art et de design de Nancy
Campus ARTEM, Amphithéâtre ENSAD, Galerie NaNiMa
Place Cartier Bresson BP 13129
54000 Nancy
France

 

t   f

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Type Design
Jérôme Knebusch

Web Design
Thomas Bouville